En tant qu'entreprise, vous devez constamment faire face à de nouvelles réglementations internationales, à des normes plus strictes et à des amendes toujours plus sévères en cas de manquement aux lois en vigueur. Par exemple, la norme RGPD, qui demande à chaque organisation de protéger les données des clients résidant dans l'Union européenne, prévoit une pénalité maximale de 10 millions d'euros ou 2 % des recettes globales (locales et internationales) sur la précédente année fiscale – le montant le plus haut sera retenu – en cas de violation des termes. Face à une addition aussi salée, mieux vaut se tenir à carreau ! 

Directement visées par ces réglementations, de nombreuses entreprises internationales doivent respecter des normes strictes en matière de facturation électronique. En effet, la dématérialisation des factures requiert une bien plus grande vigilance, par rapport au processus traditionnel, tant sur le plan comptable qu'en termes de fiabilité. Tous les commerces proposant des biens ou services sur Internet (ou même en magasin) vous le diront : les factures électroniques sont plus rapides, plus pratiques et permettent d'opérer en continu de façon plus efficace. Mais comme le souligne business network, pour émettre et recevoir des factures dématérialisées, les entreprises doivent scrupuleusement respecter les réglementations fixées par les pouvoirs publics. Dans de nombreux scénarios, et notamment en matière de commerce B2G (pour Business to Government), les autorités requièrent que toute facture électronique soit transmise au client via un portail dédié. Les solutions de facturation électronique simplifient la gestion des différences réglementaires nationales et protègent les utilisateurs du risque que représente la multiplication des lois applicables aux processus métier Procure-to-Pay et Order-to-Cash.

L'e-facturation en pratique

L'e-facturation, ou facturation électronique, est une forme d'automatisation qui permet aux entreprises de gérer électroniquement l'envoi des documents de facturation entre fournisseurs et clients. Elle a pour grand avantage de pouvoir veiller à la justesse de chaque information saisie, donnée ou autre. Une facture électronique contient des données de facturation structurées qui sont générées au format EDI (Échange de données informatisé), XML, ou sous forme de formulaire Web standard. Ce processus dématérialisé permet de supprimer les tâches manuelles tout en gagnant en simplicité. Il réduit ainsi les cycles de traitement, les coûts d'impression et d'envoi par courrier, mais aussi les délais de réponse.La facturation électronique diminue également les risques de fraude et facilite le respect des lois fiscales en vigueur. Comme l'indique ce blog, face à la volonté de digitalisation des pouvoirs publics, veiller à la conformité fiscale n'est plus une option mais une obligation pour les entreprises. Partout dans le monde, les autorités fiscales font de plus en plus appel à la technologie pour recueillir et analyser les données des contribuables, et le font bien souvent en temps réel (ou quasi réel). Loin d'être un service facultatif, la facturation électronique est imposée par la loi dans de nombreux pays, et les amendes encourues en cas de manquement sont très dissuasives. 

En 2018, Ernst & Young a conduit une étude sur l'e-facturation dans le monde. Voici ses conclusions :

 

La facturation papier a encore de beaux jours devant elle, mais il est nécessaire d'opérer une transition pour rester en phase avec notre monde numérique. Les standards ont évolué. Aujourd'hui, chaque entreprise se doit d'adopter la transformation digitale et l'automatisation de ses processus tout en prenant soin de définir le modèle qui lui convient le mieux. Comme le souligne Billentis, la « transformation digitale n'est plus une option, c'est un impératif. La réflexion est ailleurs, il faut chercher à libérer au mieux le potentiel de la digitalisation tout en conservant un niveau d'activité sain. » En vérité, les factures électroniques sont identiques aux factures papier traditionnelles : on y retrouve les mêmes informations clés, telles que le numéro de facture, l'adresse du destinataire, les biens vendus ou services rendus, le prix, la quantité, les détails du bon de commande, les informations de paiement, les dates de transaction et les coordonnées du fournisseur. La différence majeure, c'est qu'une facture dématérialisée peut vous suivre partout, archivée en ligne sur un portail fournisseur ou dans le cloud. Elle est bien plus facile d'accès et, dans la plupart des cas, sera réglée plus rapidement. 

 

Une étude réalisée en 2017 par Ardent Partners révèle que, dans ce domaine, les meilleurs élèves consacrent seulement 3,5 jours et 2,74 $ à chaque facture. Leur secret ? Un outil facturation électronique. En optant pour un processus de facturation électronique, ces entreprises ont pu largement réduire le temps consacré à la gestion manuelle des factures imprimées. Dans la même étude, on découvre que le traitement d'une facture papier peut, quant à lui, coûter jusqu'à 22 $. En moyenne, une entreprise consacre 15,02 $ et 12 jours au traitement de chaque facture papier. Mais pour changer, par où commencer ?


Comme l'écrit le Digital Marketing Institute, « pour votre entreprise, aucune méthode infaillible ne saurait offrir un succès garanti. Cependant, pour un résultat optimal en matière de transformation digitale, il faut s'y prendre étape par étape. » La gestion du changement peut être difficile à orchestrer et à mettre en oeuvre. C'est pourquoi nous vous proposons un livre blanc pour vous servir de guide et de point de départ. Bien entendu, il est impossible d'évoquer chaque pays, type d'entreprise, secteur d'activité ou clientèle. Pour autant, ce document intitulé « Automatiser votre courrier sortant et passer au digital : mode d'emploi » est idéal pour bien commencer. Nous vous y expliquons trois étapes importantes pour bien réussir votre transformation digitale : prise de conscience, étude préalable et transition.

Payal Khandhedia

Payal Khandhedia

Global Product Marketing Manager, Business Process Automation

Payal Khandhedia is a Global Product Marketing Manager at Quadient focusing on business process automation. Payal brings a wealth of rich leadership, strategic insight and product analysis experience from her tenure and roles in product management and marketing positions held at leading Wall Street firms like Morgan Stanley and OppenheimerFunds. Throughout her career, she has built a strong personal and professional brand predicated on excellent customer relationship management and communication, complex problem solving, change management, and product and sales strategy among others. 

Publications associées

Orange case study
Témoignage client

Transformer l’expérience employé au sein d’Orange Village grâce...

Quadient’s automated locker system was installed at Orange Village and has brought major changes to the service’s organization.

Brochure - Quadient Impress
Brochure

Brochure - Quadient Impress

QUADIENT IMPRESS

Votre entreprise s'appuie encore sur des processus manuels pour envoyer des documents transactionnels sensibles ?

Moments that Matter: Critical Touchpoints that Make or Break the Customer Experience
Livre numérique

Moments that Matter: Critical Touchpoints that Make or Break the Customer Experience

In this first-of-its-kind eBook, we examine the key 'moments of truth', map the customer lifecycle, and uncover key CX challenges and opportunities for some of the most complex industries including banking, insurance, healthcare, telecommunications and utilities.
is420 brochure
Brochure

Brochure IS-420

Factures, relances, courriers de gestion, mailings, colis ou simples lettres... l’IS-420 gère tous vos besoins et s’adapte à toutes les évolutions.
Expérience

Expérience

Une riche histoire de leadership international

Reconnue par les experts

Reconnue par les experts

Gartner, Forrester et Aspire

Expertise

Expertise

8 milliards d’expériences personnalisées chaque année

Résultats éprouvés

Résultats éprouvés

97% de satisfaction client